Possédez-vous un cash-vaisselle? Non? Allez réfléchissez un peu, vous êtes sûr? Je pense que nous aimons bien avoir à faire à des cash-vaisselleS. En effet, un exemple en est le lave-vaisselle, celui qui lave aujourd’hui environ 14 couverts avec moins d’eau qu’il ne faut pour faire fonctionner votre chasse d’eau. Qui serait prêt à laver 14 couverts dans 6.5 litres d’eau (rinçage compris)? En fait pas grand monde je pense, car ça nous dégouterait de voir le niveau de saleté de l’eau avec lequel on laverait et rincerait nos assiettes. Cependant j’approuve à 100% ces électroménagers de plus en plus écologiques. Je dis simplement que nous nous voilons un peu la face, ce serait moins hypocrite de faire la vaisselle à la main avec la même quantité d’eau, non? On ne préfère pas savoir ce qui se passe à l’intérieur. Quand le côté esthétique prime sur le côté pratique, ça s’appelle la mode il me semble.
Un deuxième exemple en est la carte de crédit,  plastic money (ironiquement le Canada vient de mettre sur le marché des billets en plastique), elle nous permet de ne pas voir ce qui se passe dans nos économies, on ne voit pas le cash être dépensé et par conséquent la pilule passe mieux. Enfin, pour ceux qui achètent compulsivement, c’est la panacée, car nulle besoin de prévoir ses dépenses; on a toujours notre carte sur nous qui nous permet théoriquement de dépenser tout notre argent et à tout moment. L’immédiateté façonnée par notre société actuelle. Si nous devions aller chercher des billets à la banque, nous ferions beaucoup moins d’achat impulsifs.
Un après-midi j’avais faim, et au lieu de m’acheter une collation, je me suis acheté je ne sais plus quoi, un quelconque objet, eh bien devinez quoi, je ne ressentis plus la faim après mon achat compulsif. En ce moment je n’ai pas de CB, suite à un vol, je dois donc prévoir ce que je vais dépenser, et ne pourrais pas craquer sur un article de mode ou autre. Je le sais avant de partir. On peut aussi aller faire du shopping sans sa carte (si si!), du coup si on a encore envie de l’article le lendemain, on y retourne avec sa carte. Et vu que la plupart des achats sont compulsifs, on n’y retourne guère. C’est une bonne technique je trouve. Pour comprendre notre dépendance à la carte bancaire, je vous invite à lire le petit ouvrage de Sioux Berger « Etre heureux sans carte bancaire » qui m’a bien plu.

OK, douteux de faire le lien entre carte bancaire et lave vaisselle, mais à mon sens ils fonctionnent tout deux selon le principe d’une boîte noire. On occulte la réalité pour ne pas savoir. Pourvu que ça dure.

Le lave vaisselle est une cache-machine ou un cache-vaisselle, la CB une cache machine à cash machine.

Publicités